1

Carnet noir – Décès de Ferdinand Alexander Porsche

Le fils aîné de Ferry Porsche aura laissé une trace indélébile dans l’histoire de l’automobile, en dessinant la mythique 911.

Surnommé “Butzi” par ses proches, Ferdinand Alexander Porsche s’est éteint à l’âge de 76 ans, à la veille du cinquantenaire du chef-d’œuvre qu’il a dessiné et fait la fortune de la marque : la 911.

Né le 11 décembre 1935 à Stuttgart, l’aîné de Ferry et Dorothea Porsche est piqué très jeune par le virus automobile. Avec son cousin Ferdinand Piëch, il accompagne souvent son père et son grand-père dans les ateliers et bureaux d’études de la marque, ce qui le prédestinera.

En 1950, après s’être réfugié avec sa famille dans leur fief autrichien de Zell Am See durant la seconde guerre mondiale, Ferdinand Alexander Porsche revient à Stuttgart où il intègre l’Ecole Waldorf puis enchaîne avec l’Ecole de Design de Ulm. C’est en 1958 qu’il intègre les bureaux de design Porsche.

Au début des années 60 se pose la question du remplacement de la 356. Une fois le cahier des charges établi, le cousin Piëch s’attèle au moteur tandis que Ferdinand Alexander Porsche en dessine la carrosserie.
Présentée en grande pompe au salon de Francfort 1963, la 911 (initialement appelée 901) remporte immédiatement un succès fulgurant qui, près de cinquante ans après, ne faiblit pas. C’est la seule automobile de l’histoire qui aura traversé le temps avec une désinvolture étonnante, remporté toutes les courses dans lesquelles elle pouvait être engagée (rallye, rallye-raid, endurance, etc.) et qui aura été jusqu’à aujourd’hui la colonne vertébrale de la marque, malgré la diversification de la gamme Porsche.

“Butzi” signera encore d’autres modèles Porsche dont la 904 Carrera GTS et la F1 804. En 1972, il créé le studio “Porsche Design” qui exerce ses talents dans de nombreux domaines, allant des montures de lunettes aux cuisines en passant par les montres, stylos, vêtements, modèles réduits, etc.

Réduisant peu à peu son implication directe dans le bureau de design, il gardera toutefois un droit de regard sur les productions de la marque jusqu’à 2005 où il quitte ses fonctions au sein du Conseil de Surveillance de Porsche AG, remplacé par son fils Oliver.